L’Inde est un pays émergent, mais les pauvres sont toujours aussi pauvres.

Dans le Tami Nadu il n’est pas rare de voir les gens marcher sur le goudron brûlant pieds nus, les huttes ou abris de fortune existent toujours, beaucoup travaillent comme coolie, c’est à dire à la tâche (quand il y a du travail).

 

Nous avons commencé à réunir des parrains après le tsunami de 2004.

Un gros cyclone a touché Pondichéry 7 ans plus tard. Pondichéry avait déjà été  touché  par le tsunami.

C'est une région très pauvre et ces catastrophes climatiques laissent des cicatrices pour longtemps.

 

India is a developping nation, but poor people are still as poor as before.

When you visit Tamil Nadu it is very common to see people walking bare feet on the sun heated roads. Huts and unhealthy shelters can be seen everywhere. Poor people very often are working as coolies, jobbing workmen (when jobs are available).

 

We started finding sponsors early 2005, after the tsunami. Seven years later a huge cyclone devastated the same area, especially Pondichery. Coastal areas have been hit twice in few years time.

Those disasters, hiting very poor countries,leave behind them durable scars.

 

 

Dans le Tamil Nadu l’injustice sociale est toujours grande, la différence entre femmes et hommes est choquante ; par exemple dans les champs, une femme gagne environ 1 euro par jour travaillé (quand il y a du travail …), un homme plus de 3 fois plus !

 

De plus, lorsque la femme se retrouve seule avec ses enfants (par décès ou abandon de son mari), la famille de celui-ci les abandonne, malheureusement, souvent. La femme se retourne alors parfois vers sa propre famille, si elle peut l’héberger, ou bien, elle doit courageusement faire face à la misère, elle doit se battre pour trouver un travail quelconque, parfois elle est obligée de faire travailler aussi ses enfants..

La famille ci-contre était dans ce cas en 2005, le papa étant décédé de tuberculose. Ils ont été hébergés dans une petite pièce d'environ 10 m², très humide (ce qui provoque de grosses crises d'asthme à la maman), sans sanitaires. Grâce au courage de la maman et avec l'aide du parrainage, les enfants ont pu être élevés décemment, maintenant l'ainé fait des études dans la communication et la seconde est infirmière et sage-femme.

In Tamil Nadu, social injustice prevails : women and men are not equal at all. For example a woman working in the fields as a coolie earns 1 € per working day, when a man for the same work would earn 3 times more.

 

Moreover, very often a mother is facing huge difficulties when raising her children alone (death of the husband, abandonned by her husband).

Sometimes she has no alternative but to return to her own parents, but very often her own family does not have enough ressources to give her financial support. She has then to face bravely her own misery and has to try very hard to find any job to be able to raise her children, in most of the cases she has no choice but to send her own children to work also.

In the above family the father died from tuberculosis. They found a shelter in a small 10 m² room, very unhealthy (the mother is suffering from asthma),  no sanitation facilities, no fresh water... The sponsoring started early 2005 (above photo). With the help of the sponsorship, this courageous mother of 3, has been able to give her chidren good education : the eldest boy is studying in the communication business, the girl is now a nurse and midwife.

 

Parrainage / Sponsoring :

Nous avons 64 familles parrainées, mais il y en plusieurs dizaines en attente sur Trichy et Pondichéry (ancien comptoir français, où les noms des rues sont encore nombreux en français).

Afin de pouvoir soulager un plus grand nombre de familles, nous avons mis au point avec Fr Nithiya un programme "Un euro par jour" qui permet d'assurer un minimum vital pour certaines familles : nourriture, logement, minimum d'éducation.

 

We have currently  64 sponsored families files but many others are waiting for sponsors in Trichy and Pondichery.

In order to be in a position to help more families, we have set up with Fr Nithiya a system called "one euro per day principle". Each sponsor gives his family one euro per day, ie 122 € three times a year.

 

UN EURO PAR JOUR

Qui n'a pas lu le livre de Dominique Lapierre "La Cité de la Joie" ?

Le temps a passé, l'Inde est devenue un pays émergent, mais la pauvreté et l'injustice se rencontrent toujours à grande échelle dans le Tamil Nadu (sud de l'Inde qui a été touché par le tsunami de décembre 2004). Dans cette région, comme partout en Inde, il n'est pas bon de naitre Intouchable ou fille, et les deux c’est une catastrophe surtout dans les familles pauvres…

Lors de notre visite du mois de janvier 2014, Fr Nithiya a été conquis par notre association TAMIL NADU ET NOUS.

Nous avons beaucoup échangé sur place et par mail. Il s'investit énormément pour nous aider à soulager (un peu…), la grande pauvreté et l'état de précarité d'un grand nombre de familles dans le Tamil Nadu.

 

Il propose une action : "un euro par jour". Ceci ne représente pas grand-chose pour une famille française, mais permettra à une famille indienne de nourrir ses enfants, de les loger plus décemment et de leur apporter un minimum d'éducation.

Sachant que notre association est reconnue d'intérêt général, les dons sont déductibles des impôts (donc pour qu'une famille indienne reçoive un euro, cela ne coutera que 34 centimes à la famille parrainant).

 

Un avantage supplémentaire : chaque famille recevant la même aide, cela évite des risques de jalousie.

 

ONE EURO PER DAY

"La cité de la joie", book written by Dominique Lapierre, gives a perfect description of poverty in India.

Time has gone by, India has become a developping country, but poverty, social injustice and misery are unfortunatly still met everywhere in Tamil Nadu (dramaticaly hit by the 2004 tsunami).

In this area, in whole India alike, it is a heavy burden to be born girl or "intouchable" (lower class) or worse both at the same time. This is really a disaster especially for the very poor families.

During our last visit to India (january 2014) and later on we had a lot of exchanges with Fr Nithiya.

He proposed to give all the sponsored families the same amount of 1 € per day. This amount added to the salary is most of the time sufficient for a poor indian family  to  provide the children with sufficient food, decent shelter and better education.

In addition, the small amount given (one euro a day only) may facilitate the finding of sponsors (especially for french sponsors paying taxes in France since one euro per day will cost only 0.34 € due to tax deduction).

 

One more advantage : all the families are getting the same amount, which eliminates any risk of jealousy.

Vu la situation de la femme dans cette région, nous avons décidé de concentrer notre action principalement sur des parrainages :

- de femmes seules qui ont de grosses difficultés pour élever leurs enfants

- de filles orphelines ou semi-orphelines ou de famille très pauvre, qui réussissent bien à l'école (et donc pourraient envisager d'avoir un métier qui leur permette de s'en sortir et d'aider éventuellement leur maman).

 

Taking into consideration the difficult situation of the women in Tamil Nadu, we have decided to focus mainly onto :

- women living alone having huge difficulties to raise their children.

- girls, orphan or semi-orphan or from very poor families, good at school, hence having good prospects to get a good job later (and even being able then to take care of their mother in return).

 

A LIRE :

- "Quand les femmes auront disparu l'élimination des filles en Inde et en Asie" de B MANIER  (la Découverte)

- "Annawadi " de KATHERINE BOO  (Buchet Chastel) : histoire réelle de certains habitants d'un bidonville au 21 siècle près de l'aéroport de Bombay.

- "L'Inde de demain" de AKASH KAPUR (Albin Michel)

- "Un fils en or" de SHILPI SOMAYA GOWDA (Folio)

TO READ :

"Behind the beautiful forevers" from KATHERINE BOO : real life of some inhabitants of a slum near Mumbai airport in the 21 century.